[NEW] Araki Nobuyoshi : le regard insatiable d’un photographe fasciné par la vie et la mort | nobuyoshi araki – Pickpeup

nobuyoshi araki: คุณกำลังดูกระทู้

Les légendes vivantes du Japon

Araki Nobuyoshi est l’une des figures majeures de la photographie contemporaine, mais aussi l’un des artistes les plus sulfureux et les plus bouleversants de notre temps. Son ami de longue date, le critique de photographie Iizawa Kôtarô, revient sur le parcours hors du commun de ce créateur aux mille visages.

Araki Nobuyoshi est un photographe célèbre non seulement au Japon mais aussi au niveau international, exposant ses œuvres dans les musées et galeries de l’Archipel et du monde entier. Il a de même publié plus de 500 ouvrages consacrés à son travail, ce qui donne la mesure du caractère extrêmement prolifique de son œuvre.

Les débuts de la « photographie de l’intime »

Araki Nobuyoshi est né le 25 mai 1940 à Minowa dans l’arrondissement de Shitaya — l’actuel arrondissement de Taitô —, au cœur de la « la ville basse » (shitamachi) de Tokyo. Sa famille tenait un commerce de socques en bois (geta). Mais son père, Araki Chôtarô, était un amateur passionné de photographie, ce qui a eu une influence décisive sur l’avenir de son fils. Celui-ci a en effet commencé à prendre lui-même des photos alors qu’il était encore à l’école primaire.

En face de la maison des Araki, il y avait un temple – le Jôkanji – où l’enfant allait jouer. Cet établissement bouddhique était aussi appelé nagekomi dera (littéralement « temple dépotoir ») parce que du temps de l’époque d’Edo (1603-1868), on venait y déposer (littéralement « jeter ») le corps des courtisanes de Yoshiwara, le quartier des plaisirs de la capitale, mortes sans avoir de famille. Par la suite, Araki Nobuyoshi a qualifié d’« Erotos » le principe fondamental qui régit sa façon de photographier. « Erotos » est un mot-valise qu’il a forgé lui-même à partir du nom de deux divinités grecques dont la première « Eros », personnifie le désir, le sexe et la vie, et la seconde « Thanatos », la mort. Le don inné avec lequel Araki va et vient de façon incessante entre le monde de la vie et celui de la mort est sans doute profondément lié au lieu qui l’a vu grandir.

Araki Nobuyoshi avait déjà décidé qu’il serait photographe au moment où il est entré au lycée. En 1959, il a intégré le département d’imprimerie et de photographie de la faculté d’ingénierie de l’Université de Chiba. Il a réussi à en sortir diplômé en 1963, malgré les difficultés que lui a posé le contenu essentiellement scientifique de l’enseignement. Son travail de fin d’études, intitulé Satchin, était constitué d’une série de photos pleines de vie d’une bande d’enfants de son quartier. Araki a été aussitôt embauché par Dentsû, l’agence de publicité la plus importante du Japon. Et en 1964, la revue d’arts graphiques Taiyô lui a décerné la première édition du prix Taiyô pour Satchin, une récompense qui a marqué le début de la carrière du photographe.

Pendant son séjour chez Dentsû, Araki a fait de la photographie publicitaire tout en menant de front un travail personnel à la manière d’un rebelle. Il a en effet utilisé les studios de l’agence où il travaillait pour faire des photos de nus qu’il a présentés dans des expositions ainsi que dans un album intitulé « Album de photographies Xerox ». Comme l’indique son titre, il a réalisé cet ouvrage lui-même à la main en utilisant une photocopieuse de l’agence Dentsû. L’œuvre la plus importante de cette période est Voyage sentimental, un album édité par son auteur en 1971 qui se compose de photographies du voyage de noces à Kyoto et dans le Kyûshû du photographe et de sa jeune épouse Aoki Yôko, rencontrée à l’agence Dentsû.

Dans la préface de Voyage sentimental, Araki Nobuyoshi explique la raison de ce titre. Pour lui, « ce qu’il y a de plus proche de la photographie, c’est le roman autobiographique (shishôsetsu) », un genre littéraire japonais souvent écrit à la première personne où le narrateur décrit ses relations avec ses proches. Le Voyage sentimental est construit comme un shishôsetsu retraçant les rapports du photographe avec sa femme. C’est le premier exemple de la « photographie de l’intime » (shishashin), devenue par la suite un des courants majeurs de l’expression photographique au Japon. Le Voyage sentimental d’Araki ne se limite pas pour autant à une simple description des liens unissant les jeunes mariés. Il se situe aussi dans le droit fil des récits mythiques universels qui vont du monde de la vie à celui de la mort avant de revenir à leur point de départ.

READ  [Update] 如何快速鉴别加拿大鹅真假 | 加拿大鹅 - Pickpeup

Des photographies de nus particulièrement sulfureuses

En 1972, Araki Nobuyoshi a quitté Dentsû pour se mettre à son compte en tant que photographe freelance. Il s’est affirmé comme une figure familière des médias reconnaissable à sa moustache et à ses lunettes noires incontournables. C’est aussi l’époque où il s’est autoproclamé « Ararchy le génie » et où il a fait des tentatives dans toutes sortes de directions. Araki Nobuyoshi a attiré à de si nombreuses reprises l’attention sur lui à cause de ses photos scandaleuses de nus que le public a fini par s’en faire une image liée à l’obscénité. Mais dans le même temps, une partie de son travail a commencé à être hautement appréciée. C’est ainsi qu’en 1974, il figurait au nombre des « 15 photographes » sélectionnés pour une exposition organisée par le Musée national d’art moderne de Tokyo.

En 1981, la maison d’édition Byakuya shobô a lancé un magazine de photojournalisme appelée Shashin jidai (L’ère de la photographie). Dans chaque numéro, il y avait trois séries de clichés d’Araki ayant respectivement pour thème « Paysages », « Jeune fille » et « Quotidien en photo ». C’est une période où le photographe s’est employé de toutes ses forces à élargir le champ de ses créations. Si le magazine s’adressait avant tout à un public de jeunes amateurs d’articles et d’images érotiques, elle contenait aussi des œuvres ambitieuses de photographes remarquables, en particulier Moriyama Daidô, Kurata Seiji et Kitajima Keizô. Et il suffit de regarder ses œuvres de l’époque – « Le pseudo-journal intime d’Araki Nobuyoshi », (1980), Roman-photo (1981) ou Un monde de filles (1984) – pour comprendre qu’il a continué à peaufiner sa méthode consistant à gommer les limites entre la réalité et la fiction et à transformer tout ce qu’il voit en « photographie de l’intime ».

En 1988, Shashin jidai a cessé de paraître à la suite d’un rappel à l’ordre cinglant de la préfecture de police de Tokyo à propos des nus sulfureux qu’elle contenait. Mais Araki Nobuyoshi n’en a pas moins continué sur sa lancée. Un an plus tard, il a publié une œuvre majeure, à savoir Histoires tokyoïtes, qui montre comment la ville où le photographe a grandi s’est transformée, passant de l’ère Shôwa (1926-1989), époque qui a connu la guerre puis l’après-guerre, à l’ère Heisei (à partir de 1989).

Une grande figure de la photographie contemporaine japonaise

C’est alors qu’Araki Nobuyoshi a été frappé par une véritable tragédie. Yôko, son épouse, avec qui il avait vécu pendant vingt ans, est morte d’un cancer de l’utérus en 1990. Pour surmonter ce coup du sort, le photographe en a fait une partie intégrante de son œuvre. En 1991, il a publié le résultat de ce travail dans lequel il s’est investi corps et âme sous le titre de Voyage sentimental : voyage d’hiver. Cet ouvrage associe les images de son voyage sentimental, prises vingt ans auparavant, à celles de son voyage d’hiver, un photo journal composé de clichés pris avec un appareil compact avant et après la mort de Yôko. Le texte et les photographies élaborés jusque dans le moindre détail dont il se compose sont la somme de tout ce que l’artiste a découvert jusque-là au cours de sa quête insatiable de la « photographie de l’intime ».

La disparition de Yôko a constitué un tournant décisif dans la carrière d’Araki. Il s’est en effet lancé, pour reprendre ses propres termes, dans un « deuxième round » où il a cherché à porter son niveau d’expression à de nouvelles hauteurs. Les ouvrages publiés au cours de cette période – Tokyo Lucky Hole, Kûkei/Kinkei (« Paysages célestes, paysages proches ») et Erotos – sont tous des chefs-d’œuvre d’une puissance et d’une intensité exceptionnelles.

Au même moment, le travail du photographe japonais a commencé à être apprécié en dehors de l’Archipel. En 1992, Araki Nobuyoshi a eu droit à une exposition personnelle intitulée Akt Tokyo 1971-1991 présentée d’abord au Forum Stadtpark de Graz, en Autriche, puis dans le reste de l’Europe. Cette première manifestation a été suivie par d’autres organisées un peu partout dans le monde, en particulier à Vienne, Paris, Rome, Taipei et Londres.

READ  EN ÇOK DİNLENEN SEÇME TÜRKÜLER 2020 - Özgün müzik ve Türküler - Özgün Müzik Seçmeler | müzik | En son Tay şarkıları

Au Japon, le Musée d’art contemporain de Tokyo lui a consacré une exposition personnelle intitulée « Photographie sentimentale, la vie » en 1999. L’éditeur Heibonsha a quant a lui publié une « Édition complète en 20 volumes des photographies d’Araki Nobuyoshi », parue entre 1996 et 1997. C’est ainsi qu’ « Ararchy le génie » a fini par être reconnu comme l’un des figures les plus représentatives de la photographie contemporaine japonaise.

Mais le succès n’a pas pour autant ralenti la quête insatiable de nouvelles expériences de celui qui s’est lui-même qualifié de « vieux fou de la photo » (shakyô rôjin). À partir de l’an 2000, son mode d’expression est devenu encore plus libre et inventif. Il a commencé à peindre et à écrire sur ses photographies et à en faire des collages. Ce qui l’a amené à présenter ses œuvres parfois en tant que peintre, parfois en tant que calligraphe. « Ciel, œuvre posthume 2 », publié en 2009 par les éditions Shinchôsha, est un ouvrage qui rassemble, à la manière d’un journal intime, 254 œuvres réalisées entre le 1er janvier et le 15 août 2009. Les photographies, les collages et les peintures y forment un tout harmonieux où Eros et Thanatos se mêlent librement d’une façon absolument unique.

Une soif de création toujours aussi insatiable

Les années qui ont suivi n’ont pas été de tout repos pour Araki Nobuyoshi. En 2008, il a été hospitalisé et opéré d’un cancer de la prostate. En 2010, Chiro, son chat bien aimé (voir photo ci-dessous), est mort à l’âge de 22 ans. En 2011, le nord-est du Japon a été dévasté par un terrible séisme suivi d’un tsunami. L’année suivante, le photographe a été victime d’une thrombose artérielle qui lui a fait perdre la quasi totalité de la vue du côté droit. Les épreuves n’ont pas cessé de se multiplier. On pourrait penser que l’équilibre subtil entre Eros et Thanatos qui prévalait jusque-là est en train de disparaitre et que la mort a pris le dessus. Mais les photographies les plus récentes de l’artiste ne donnent pas une impression aussi négative. Notamment Tokyo zenritsusen gan (« Cancer de la prostate à Tokyo », 2009) consacré aux jours ayant précédé et suivi son opération ; ou Chiro, l’amour et la mort (2010) qui relate de façon poignante le combat de son chat avec la maladie ; ou encore les photos de la série Sagan no koi (« L’amour de l’œil gauche », 2014) dont la partie droite a été masquée au feutre noir. Toutes ces œuvres prouvent au contraire que le photographe est toujours habité par la même volonté farouche de créer.

En 2014, le Musée d’art municipal de Toyota, le Musée d’art de la ville de Niigata et la galerie Shiseido de Tokyo ont abrité une exposition intitulée « Photographies de la fin de vie » qui comprenait plusieurs œuvres très puissantes d’Araki. En particulier Dôro (« Route », 2014), publié la même année sous le titre Michi (« Le chemin ») par les éditions Kawade shobô shinsha ; et Higashi no sora (« Le ciel de l’Est »), une série constituée de photographies en continu du ciel en direction de Fukushima, prises après la catastrophe du 11 mars 2011. Du 13 avril au 5 septembre 2016, le Musée national des arts asiatiques Guimet a présenté une rétrospective majeure intitulée tout simplement Araki incluant aussi 98 œuvres nouvelles(*1). À cette occasion, le public européen a été une fois de plus complètement subjugué par la puissance créatrice de cet artiste.

Il fut un temps où Araki Nobuyoshi n’était connu que par un cercle d’initiés. Mais à présent, c’est un créateur majeur de notoriété mondiale qui fait toujours partie de l’avant-garde de l’expression photographique. Sa manière de travailler n’a pratiquement pas changé. On a certes quelques raisons de s’inquiéter pour sa santé, mais la dernière fois que je l’ai rencontré, il y a peu de temps, il était en pleine forme. « Cette année, j’ai l’intention de montrer de nouvelles œuvres dans au moins cinq endroits différents », m’a-t-il affirmé. À mon avis, Araki Nobuyoshi va continuer à jouer subtilement avec de multiples images, parfois empreintes d’humour, et à nous attirer dans le monde à nul autre pareil qui est le sien par la puissance magique de ses photographies.

READ  DEV ÇİÇEK BOSS GELDİ! MÜZİK SETİNİN İÇİNE GİRDİK!| PS5 It takes two Türkçe bölüm #17 | müzik | En son Tay şarkıları

(D’après un original en japonais. Avec la collaboration de la galerie Taka Ishii et du resto-photo Megutama. Photo de titre : autoportait d’Araki Nobuyoshi © Nobuyoshi Araki)

(*1) ^ Cette exposition a donné lieu à un catalogue très complet intitulé Araki, publié en 2016 par les éditions Gallimard en partenariat avec le Musée des arts asiatiques Guimet.


荒木経惟Araki《流奈 天城淫行》永井流奈写真集 1999


《流奈 天城淫行》 荒木经惟 (ぶんか社,1999年)

นอกจากการดูบทความนี้แล้ว คุณยังสามารถดูข้อมูลที่เป็นประโยชน์อื่นๆ อีกมากมายที่เราให้ไว้ที่นี่: ดูความรู้เพิ่มเติมที่นี่

荒木経惟Araki《流奈 天城淫行》永井流奈写真集 1999

akimuse×アラーキー Special Making


akimuse Xアラーキー \r
CD「akimuse」アラーキーによるジャケット撮影\r
スペシャル・メイキング akimuse × Nobuyoshi Araki \r
http://www.aki21.com/\r
\r
Entire Contents\r
Copyright©2011\r
by Fumio Yasuda\r
All rights reserved.

akimuse×アラーキー Special Making

7 monographs EVERY photographer MUST own


You asked for it by popular demand here’s my monograph book picks for the year.
Ababilis \”Deeper Pixels\” Jacket and Hoodie on Kickstarter
https://www.kickstarter.com/projects/1306918721/respondertacticalouterwearguaranteedforlife?ref=86l28a
Ernst Haas :: Color Correction
Luigi Ghirri :: Kodachrome
Saul Leiter :: Early Color (and older one but essential)
Irving Penn :: Centenial
Flor Garduño :: Trilogía
You can get them on Amazon: https://www.amazon.com/shop/theartofphotography
And I also picked two viewer submissions:
Tom Barr :: Shetland OO https://www.shopkdd.com/shetlandoo
Bastiaan Woudt :: Morokko http://www.bastiaanwoudt.com/books/
Music from Epidemic Sound: https://goo.gl/v5wWKr
Subscribe for more videos!
http://www.youtube.com/subscription_center?add_user=theartofphotography

Watch More Videos:
IS THIS THE CAMERA OF THE FUTURE?
https://www.youtube.com/watch?v=RexVzkC4JNo
YOU CAN DO THIS WITH AN INSTAGRAM PHOTO?
https://www.youtube.com/watch?v=DNuE2gVl0m0
$63,000 CAMERA :: WHAT DO THE IMAGES LOOK LIKE?
https://www.youtube.com/watch?v=Pq2LmstGD5M

Thanks for watching if you like this video, remember to share it with your friends!
Ted Forbes
The Art of Photography
2830 S. Hulen, Studio 133
Fort Worth, TX 76109
USA
My studio camera (studio): http://amzn.to/2CR7MZx
My vlogging camera (everything else): http://amzn.to/2CDMwlx

My name is Ted Forbes and I make videos about photography. I’ve been making photographs most of my life and I have a tremendously deep passion for photography that I want to share with you on YouTube.
The Art of Photography is my channel and I produce photography videos to provide a 360 degree look into the world of making images. We all want to get better so lets do this together!
I make videos covering famous photographers, photography techniques, composition, the history of photography, philosophy and much more.
I also have a strong community of photographers who watch the show and we frequently do social media challenges for photographers to submit their own work. I feature the best and most interesting on the show when we do these so come check it out and get involved!

7 monographs EVERY photographer MUST own

Nobuyoshi Araki ’77 Works’


\”It’s very hard sometimes to look at a piece by Araki just a separate entity, because his work is a whole story.\” Lou Proud, Phillips Head of Photographs in London, presents a singleowner collection of photographs by the great Japanese photographer and provocateur, Nobuyoshi Araki.
Continuing the tradition of early Japanese culture, the erotic content of Araki’s photographs has been likened to notable examples of early Japanese painting; one such reference being the emakimono paitings from the Kamakura period (11851333) which focus on erotic themes combined with social satire.
More: http://www.phillips.com/detail/NOBUYOSHIARAKI/UK040113/32
Produced by Phillips (2013)
Camera: Max Sobol \u0026 Andrew Corrigan
Editor: Max Sobol
Producer: Alex GodwinBrown

Nobuyoshi Araki '77 Works'

Mitsuyo Uesugi BUTOH short PV


BUTOH dancer
\”Mitsuyo Uesugi\” 舞踏家/上杉 満代
Born in 1950 in Fukuoka prefecture.Studied classical ballet since childhood.Move to Tokyo.Belonging to the Tani Momoko ballet company from 1967 1970.
And later, studied under the tutelage of the Butoh dancer Kazuo Ono from 1972.She has been assisting Kazuo Ono from 1973 1985.
Started her solo career in 1975. Move to France to join the contemporary dance company”Studio DM”from 19871990.After moving back to Japan,started a Botoh solo series piece ”SHE”. Collaborated with actors,Japanese and French dancers.Conducted many workshops and performed via invitation in Europe, United States,etc.
(Regularly conduct workshops in the National Choreography Center in France)
In 20002010,Created a series of secret Butoh rituals piece”Madame Melancholia”/“Mademoiselle Melancholia”/“Baby MelancholiaDream of six nights”.
In this series work, receive be awarded the Dance Critics Society of Japan in 2009.
Other recent solo works,“Metal Red Woman”(2008)”Portrait MAnti deformed“(2012) ”PASSION”Butoh dance improvisation faction(2013).
As part of [About Kazuo Ono]festival,“A Story Of Lady OAria”(2015) Munster/Germany, Zagreb/Croatia.
Work as a lecturer at Meiji Gakuin Univercity/ Depertment of Art Studies,from 2010.
In itself organize the”Kayoukai”,has been teaching the method of own improvisation Butoh.

Mitsuyo Uesugi BUTOH short PV

นอกจากการดูบทความนี้แล้ว คุณยังสามารถดูข้อมูลที่เป็นประโยชน์อื่นๆ อีกมากมายที่เราให้ไว้ที่นี่: ดูวิธีอื่นๆMusic of Turkey

ขอบคุณที่รับชมกระทู้ครับ nobuyoshi araki

Leave a Comment